samedi 29 août 2015

Zoom Super Hog

Je suis allé chez mon détaillant hier, parce que ce sont des choses qui se font quand on est un citoyen responsable et j'ai littéralement explosé mon budget en  acquérant quelques hameçons texans pour monter mes Super Hog. Le Super Hog, c'est une créature de la large gamme de leurres Zoom. Mais il s'agit aussi d'une pépite, d'un vrai bon leurre à avoir dans sa box pour pêcher le bass. Elle/Il se caractérise par ses différents appendices qui lui donnent une action et une façon de vibrer uniques !


Pour le montage, je l'utilise généralement avec un  hameçon texan en weightless. S'il y a un peu d'eau un hameçon texan avec un plomb sur la hampe fait parfaitement l'affaire. Autre montage possible : en Carolina (diabolique) en décalant le plomb de 50 bons centimètres du leurre. Enfin en trailer de jig classique ça marche aussi. Pour ma part, j'ai plutôt recours au texan pour les zones encombrées et au Carolina dans les zones dégagées ou avec quelques herbiers.


Un autre aspect très positif de ce leurre c'est qu'il ne coute pas très cher du tout.  On n’hésite donc pas à prendre des risques avec et à le lancer au ras des branches ou dans les trous ; je me rappelle avoir beaucoup amélioré mon approche grâce à lui.

 L'animation est mega-simple, après avoir lancé le plus près possible des postes (branches, trous, bordures, objets partiellement immergés, cadavre flottant...) et attendu que le leurre descende un peu, je donne de petits coups de scion pour le faire légèrement vibrer. Le ferrage devra être assez fort pour bien faire ressortir la pointe de l'hameçon.

Le Super Hog mesure 4", il est vendu en pochette de 10. Dans la même série, je suis également particulièrement fan du Tiny Brush Hog et Baby Brush Hog, deux versions plus petites (mais terriblement efficaces) de cette créature.

Le Supe Hog ça marche et c'est ça qu'est bon.


Release.

mercredi 22 juillet 2015

La faim justifie les moyens

  Et donc là c'était l'été.  Juillet 2015. En plein cagnard. Le ciel gersois était d'un beau bleu, que j'aurais sans honte qualifié de bleu ciel. De gros bass se mouvaient lentement au milieu de troupeau de carpes. Le bétail remuait la tourbe à la recherche de quelque nourriture qu'elles se refusaient manifestement à trouver. Ou alors avec une extrème difficulté.

 Après avoir essayé de décimer le cheptel au worm, au mini crank, en surface, au jig je décidai de tenter une dernière fois ma chance au... Real Vib 77. J'ai donc catapulté illico le lipless au milieu du lac et animé lentement le bordel, posé sur le fond (c'est sûr que ça fait bizarre pour un lipless); après quelques minutes je sentis une aspiration discrète, ferrai et n'eus plus qu'à treuiller un malheureux bass. Ce dernier traversa en chemin une ceinture d'herbiers mais je tiens à rassurer tout le monde, ses jours ne sont (plus) en danger. 

 Eh puis, ce qui compte après tout c'est pas la chute, c'est l'atterrissage. Me conseille-t-on de rajouter à cet article, pourtant déjà si riche culturellement parlant.

Un jeune délinquant, le cerveau explosé par la Weed.


Real Vib 77, peu avant les tests en piscine.

mercredi 10 juin 2015

L'inde

Ah, l'Inde...
 - sa diversité, son millier de langue, ses trois-cent millions de dieux.
 - ses contrastes, par exemple à Delhi où une pauvreté extrème s'étale autour d'oasis d'immense richesse.
 - son milliard et deux cent millions de personnes.
 - ses jeunes débordant d'énergie !

 Mais aussi, l'Himalaya et ses Golden Mahseer (Tor Putitora) !!!!



lundi 13 avril 2015

Cover-boy, subst. masc

 Jeune homme, qui pose pour les photographies des illustrés, avec une préférence marquée pour la page de couverture.

Exemples :

 Il commence à me les gonfler sévère ce cover-boy. (R.Pontet, Plutarque eds Rob. Suppl.1999) : [Fabien à Josiane].

 Rem. On rencontre dans la presse l'équivalent féminin cover-girl. − Catherine ferait une admirable cover-girl... Cover-girl, toutefois, c'est un métier où la beauté ne suffit pas. H. Bazin, Lève-toi et marche,1952, p. 209.

dimanche 22 mars 2015

Carnet de Voyage - Jardiland

 Alors que nous errions, désoeuvrés - une disponibilité totale dont nous ne savons s'il faut nous en réjouir ou le regretter - Nico eut l'idée d'aller acheter un deuxième peacock bass à Jardiland, un lieu qui fleure toujours bon le foin et les granules.

 Au vu du nombre de familles Jardiland nous avons immédiatement senti le potentiel de Jardiland pour un créneau dominical libre. Comme nous n'y connaissions strictement rien en agencement de magasins de jardins, nous avons commerncé par errer dans les rayons, découvrant les publicités sur le paillage naturel de froment. Celui ci est présenté sous forme de pellets et une fois mis en place et arrosé il prend 6 à 7 fois son volume (on nous précise qu'un sac de 10 litres représente alors 60 à 70 litres) avant qu'une couche protectrice ne se forme à la surface, empêchant la pousse des mauvaises herbes.

 C'est alors qu'entre les allées de fleurs, après avoir joué avec les mini-bines et les rateaux au grand dam des autres clients nous avons aperçu l'étang des esturgeons!

mercredi 25 février 2015

jeudi 29 janvier 2015

Gross perche des familles

Fin-Janvier, les températures sont basses. Je décide à l'unanimité de de pêcher durant les heures les plus "chaudes" de la journée, peut-être aurai je la chance de rencontrer des poissons actifs. Essentiellement au spinner et c’est bien entendu un RV120 au coloris sexy que je monte sur ma spinning.

 Le lac que je cible se trouve à environ 1h au Nord de Toulouse (Cahors j'adore!), il est très encombré et rempli de branches, une multitude de postes s’offrent à moi. Mon RV est idéal pour la profondeur (environ 1m50 maxi). En revanche, le spot qui est rempli d’herbiers durant la période estivale n’en compte désormais plus aucun et je décide donc de le ratisser rapidement. Un vent violent et tournoyant souffle, et il est rapidement accompagné d'une grosse pluie (ça aussi j'aime bien).

 Après une petite heure de prospection vers 10h je prends une très grosse attaque à environ 1m de la bordure, une bonne grosse perche des familles !

 Grosse perche des familles