lundi 8 novembre 2010

Comment rédiger un hommage funèbre qui latte sa race.

Mon hommage au regretté Paul le Poulpe ayant suscité de nombreuses réactions (certains d'entre vous ont été horrifiés à la lecture du post et menacent de me dénoncer à Blogspot, d'autres me vouent à présent une admiration sans borne) je décide d'enfoncer le clou et d'expliquer à la face du Monde comment gagner en efficacité lors du traditionnel exercice de la rédaction d'un hommage funèbre.

Conseil #1 : Surprenez l'assistance.

Alors que la plupart des gens s'attendent à un rappel du nom de la personne, de son âge et des circonstances de sa mort (bref un long pensum) commencez votre éloge funèbre par une accroche surprenante, sur un ton joyeux qui tranchera avec le caractère tragique de la situation :

" Vous allez jamais me croire mais..."
" Si j'avais un Marteau..."
" Devinez quoi..."

Conseil #2 : Divertissez votre public.

Et pour cela rien de tel que d'inventer une mort excitante au défunt, une mort qui "déchire bien sa race" quoi. Si un décès suite à un cancer ou un banal accident de voiture ont peu de chances de séduire le public, notez que celui ci se passionnera bien davantage pour le défunt si vous affirmez avec force que celui ci est tragiquement décédé attaqué par un alien lui ayant transpercé la cage thoracique, écrasé par une météorite ou empoisonné par une arbalète Viet-Cong.

Lors de la narration, n'hésitez pas à ajouter quelques touches d'humour, elles sont toujours très appréciées du public même si l'on veillera à ne pas aller jusqu'à déclencher un fou-rire en pleine cérémonie.

Conseil #3 : Rédigez votre propre hommage

Si vous avez l'assurance de disposer d'un peu de temps avant que la mort ne vous fauche, rédigez votre propre éloge funèbre. L'intérêt est double, d'une part vous pratiquerez ce genre littéraire pas piqué des vers (sans mauvais jeu de mot) et d'autre part si vous veniez à décéder vous éviterez que ce ne soit quelqu'un de votre famille qui s'y colle (la honte ultime, l'humiliation suprême et pour l'éternité en plus).

Conseil # 4 : Erreurs à éviter

Il existe des erreurs classiques à ne pas commettre :
- insulter la personne décédée (même amicalement)
- revenir sur le final pathétique de son existence pitoyable, auquel sa vie de misanthrope l'avait destiné
- oublier le nom du mort
- raccourcir l'hommage en prétextant que de toute façon personne ne s'en souviendra comme des milliards d'autres personnes inutiles ayant foulé cette planète
- utiliser le verbe "célébrer" (pas convenable). Ex: Nous somme là pour célébrer la mémoire de X.
- citer Lady Gaga.



Bon on passe à la courte session du jour. J'ai tout misé sur les bass que j'ai vu inhabituellement actifs pour cette époque de l'année mais en fin de compte c'est un (petit) pike qui se fait avoir au jig no-name.