samedi 7 août 2010

Pine Forest Camp

C'est en Ariège, une région au cheptel de bass méconnu, que nous posons nos valise en cette journée d'Août. Je goûte au silence du matin, et admire les dernières brumes se disperser sur le lac. La rosée perle de son écrin, et rien ne vient troubler cet instant, hormis les hurlements stridents de Benji qui se tanque régulièrement dans les troncs immergés. "C'est mes tépées qui sont pourries" me hurle l'insolent sous le regard étonné des promeneurs tranquilles venus profiter des plus exquises heures de cette belle journée.

Les premiers bass réagissent, venant goûter à l'arôme délicat de nos Grassminnow (Ecogear). Telles des effluves de fleurs, les laiteuses traînées d'attractant semblent guider leur nage vers nos hooks acérés, alors que nous entendons un torrent chanter au loin dans une pluie d'éclats cristallins.



Quelques pin's en ouverture, miam ça sent la grosse session bass...





Le Bounty Fishing blog vous rappelle que l'abus d'alcool est dangereux pour la santé.


Nous enchainons les pin's et après quelques RedBull nous parvenons à ferrer correctement des prises correctes. Toujours pas de 40up, jusqu'à cette tentative, du bord, encore et toujours au Grassminnow.



In the pines, in the pines
Where the sun don't ever shine
I would shiver the whole night through


On ne change pas une équipe qui gagne et nous décidons de continuer au souple. Plus on avance dans l'après midi, plus les prises sont correctes.



Avec Johnny, on enchaîne au Grassminnow.


Avant que Benji ne mette tout le monde d'accord avec le 2ème 40up de la journée...



Ca commence à sérieusement sentir le sapin pour Johnny.


C'est le tournant de la session : jusqu'à présent la Basi n'a strictement rien donné et je décide de tenter un leurre qui m'a souvent sorti de situations délicates, le Sammy 65 de Lucky Craft. Bass direct. Le reste de l'équipage ne se le fait pas dire deux fois et tout le monde est bientôt monté topwater.



La fin de session est résolument topwater oriented.


Le vainqueur de la manche Topwater sera Johnny avec ce très joli bass. Mission accomplie, tout le monde a fait son 40up.



Johnny ne se laisse pas abattre et se refait au Sammy 65


Le soleil couchant vient empourprer le manteau d'hermine de la montagne. Aux dernières lueurs crépusculaires nous quittons à regret, quoique bruyamment, cet enchantement pour prendre le chemin du retour, légèrement fourbus mais ivres d'air pur et de bass en surface.