samedi 29 mai 2010

Doublé de Sandre with Zoolpike (FTF)

Session rapide à Serpiland, tandis que Zool se prend le vent en pleine face et tente de pêcher comme il peut j'assure un premier Sandre à l'arrière du boat. Vous aurez reconnu le Shad RT qui vient de sortir (une bonne grosse cargaison devrait d'ailleurs arriver chez moi pour des tests poussés et un compte rendu détailé sur le blog).



Serpico


Un peu plus loin je mets mon plomb' pal, l'arme absolue. J'anime comme je peux et tandis que Nico continue de râler contre le vent, j'accroche un bout de bois sur le fond. J'exprime alors verbalement mon mécontentement moi aussi et nous nous arrêtons pour tenter de décrocher le triple. Je suis soulagé, ça vient. Et tiens c'est un fish. Ah ouais. Une serpi de 60 down. Il y a vraiment trop de vent et il est quasiment impossible de pêcher pour Nico, nous plions bagages en direction du McDo le plus proche, non sans avoir tanqué la caisse.



Jean-Philippe Serpi

lundi 24 mai 2010

Norio Tanabe au Mexique

Une video qui vaut le détour : Norio Tanabe pêche le Bass au Mexique !! 38 minutes de peur bonheur en compagnie du créateur de la marque Nories !

samedi 22 mai 2010

Malaysian Tour 2010 - Air Kuning, Hell on Earth

Me voici de retour à Air Kuning. Je m'y étais rendu il y a quelques mois avec mes amis malaisiens et j'avais connu une journée très très dure, étant peu habitué à subir une pareille chaleur. Je n'avais pas été malheureux dans ma pêche ce jour là mais je m'étais promis secrètement de ne plus jamais remettre les pieds dans cet... enfer...



6 mois plus tard, je suis toujours là et j'ai amené 2 potes...

Le peacocks sont assez mordeurs le matin, Nico & Sylv' enchainent les pin's puis Sylv capture le premier spécimen correct. Je suis toujours beaucouille, ayant du mal à trouver la bonne animation et peinant à lancer suffisamment loin.


Premier joli peacock pour Sylvain...

Il est midi Sylv' et Nico ont fait leur gros (40up) peacock, et le représentant de la team Pescanautic se fait pas mal chambrer... Je continue tout de même à pêcher, sans succès, sous la chaleur accablante : je veux mon peacock !!



Provocation d'un troupeau de buffles aux leurres de surface.

L'après midi est bien avancée et je me dirige dangereusement vers un capot lorsque enfin, un cri de joie déchire le silence : je fais mon premier peacock digne de ce nom!!! Le combat est plutôt pas mal, l'animal a de la force, Nico se charge de récupérer délicatement le bestiau sur le bateau et me le donne, je suis aux anges, c'est mon premier peacock !! Spécial dédicace à Nico pour m'avoir supporté durant cette douilleuse matinée et à Sylv' pour m'avoir prêté sa spinning alors que je galérais à lancer assez loin en casting !



First Peacock Bass ever (Laydown Minnow de Nories)



Toujours le même mais je ne m'en lasse pas



Sylv' et Nico sont loin devant et c'est finalement Nico qui l'emporte avec le Big Fish de cette journée Peacock.


Fin de cette belle (finalement) journée, nous avons tous les 3 fait notre peacock, l'objectif est atteint, et nous pouvons nous envoler sereinement vers l'Indonésie...

mardi 18 mai 2010

dimanche 16 mai 2010

Méditations Poétiques

Sous un ciel pluvieux, verdâtre et larmoyant, je décide seul et à l'unanimité de tester ce jour le lac du Grand Alphonse. Un jour sec, un autre ruisselant de pluie, le balbutiement printanier se poursuit. Tentant de m'abriter sous un arbre dégoulinant de pluie je sélectionne dans ma box quelques Cristal S (le Spinner Nories) et un Jerk Ecogear après avoir tenté de faire exécuter à ma craw River2Sea un ballet grotesque à l'issue duquel je finirai par voir son corps se démantibuler (c'est ainsi qu'elle mourut, si c'était là mourir).



O temps, suspends ton vol...

Au loin quelques pêcheurs bucheron-style arpentent les berges et la capture d'un petit brochet les rend fort aise, je comprends à leur nombreuses suggestions obscènes leur volonté d'ajouter la souillure à la cruauté et m'éloigne discrètement. Je vais me finir au jerk, maudissant ces énergumènes. Le jerk en question bouge vraiment pas mal, il s'agit d'un modèle coulant qui plonge la tête la première en direction des Abysses, je m'amuse à admirer sa nage parfaite lorsque soudain il se fait gober tout cru par un corps noirâtre. J'extrais l'intru et le leurre au terme d'un combat de 2 secondes et demi et... ce serait pas du Florida ça ? Ahh la pêche du Bass, ce doux repos de l'âme, ce charmant crépuscule des coeurs...



Un seul être vous manque et tout est dépeuplé...

vendredi 14 mai 2010

Total Annihilation Conflict Crusher

C'est à Léguevin (31) que nous nous sommes rendus avec Benji pour tenter de dénicher quelques pikes en cette période de fraie du bass dont on nous rebat les oreilles un peu partout sur le Net, à grands coups de discours moralisateurs et d'articles politiquement corrects, ce qui commence à devenir franchement relou.

Dénicher du pike : OK, Je monte un Beef 100SP coloris truite AEC sur BDL acier 60lbs bien noir (un souvenir de la pêche en Mer de Chine) de même que Benji. Après quelques lancers c'est d'ailleurs lui qui a les premières touches et assure un premier ferrage bucheron style. Le Broch' saute pas mal et met son corps en opposition. Il accuse une jolie couleur bleutée. D'ailleurs ce n'est pas un broch' mais une jolie Rainbow... On se serait trompé de spot ?



Fish of Shame, le Retour

Un peu plus tard je décapote à mon tour et ça combat vraiment bizarrement... J'extrais la Rainbow qui ne bronche pas sous l'effet de la tresse 20lbs et de la Majocraft Satellite. Photo & Release. Elle a quand même une belle entaille de dent sur le côté. Il commence à se faire tard et on nous a repéré. On plie rapidement bagages et nous promettons de revenir voir s'il y a vraiment du pike sur ce spot, mais cette fois ce sera à la Giant Marabou !



Benji remportera cette manche aux points.

vendredi 7 mai 2010

Record Sandre (95cm)

Au Gulp Alive, bien avant la fraie. Special Thanks au Photographe qui se remémorera nos nombreuses péripéties ce jour là !



Je pêchais donc en verticale sur mon float tube (disons plutôt que je découvrais cette technique nouvelle pour moi) et je me suis fait prendre à la tombée par ce joli bestiau. Au terme d'un combat relativement court et décevant compte tenu de la taille de l'animal je réussis à remonter ce Sandre de 95cm, qui constitue mon nouveau record personnel. Eh puis les Snakehead et la Malaisie commençaient à un peu trop envahir ce blog je trouve.

samedi 1 mai 2010

Malaysian Tour 2010 – La Pêche du Snakehead

C’est avec Sylv’ (Illex) et Nico (FTF) que nous avons entrepris ce trip en Asie. Notre séjour allait se dérouler en 4 actes : Snakehead, Peacock Bass, une Destination Mystère, et une partie de pêche en Mer de Chine. Il s’agit de mon second séjour en Malaisie, et une fois de plus je ne verrai quasiment rien de ce magnifique pays, l’essentiel du temps étant consacré à la pêche !



Le Tours Pétronas - Ne vous fiez pas aux apparences, le temps imparti aux visites aura été des plus réduits.

Après avoir avalé les 14h de vol entre la Malaisie et l’Europe, nous traversons le pays de part en part pour parvenir sur le premier spot de Snakeheads. Arrivés sur les lieux je retrouve Ponje le guide qui m’avait tant réussi lors de mon premier voyage et que je tenais absolument à revoir. Je lui remets le numéro de Predators dans lequel il apparaît, il est aux anges. J’embarque d’ailleurs avec lui et Nico, tandis que Gerard fait équipe avec Sylvain.

Nico ne tarde pas à avoir des touches et sort assez rapidement un joli spécimen, mais je réplique rapidement avec un très joli Snakehead de 4,9kg au LAYDOWN MINNOW de Nories. Etant un grand admirateur de Norio Tanabe, le créateur de la marque Nories, je n’avais pas manqué de remarquer l’efficacité redoutable de ce leurre sur les Toman.



Je m'approche de mon record Snakehead (5,5kg) mais en fin de compte je ne parviendrai pas à faire mieux.

Je n’ai pas le temps de savourer ce plaisir immense que le pêcheur éprouve à la capture d’un si beau poisson que Nico me repasse devant. Il me faudra beaucoup de patience pour parvenir à égaliser avec un LAYDOWN MINNOW, sur un Toman plus petit (4kg).



Do you have any luck ?

Par la suite nous repérons des petits que nous prenons beaucoup de plaisir à capturer avec les leurres de nos marques respectives. A noter que le criminel que vous pouvez voir sur la photo ci-dessous m'a couté ma Majorstick Days...



Laydown Minnow Junior

Fin de journée et sur le bateau 2, Sylv’ a également tiré son épingle du jeu avec ce qui sera le big fish du séjour à 6,0kg.



Il y avait pas mal de répondant en face...

Deuxième journée, cette fois j’embarque avec Sylv’ et nous pêchons la partie inférieure du Lac. Un choix qui s’avérera contestable, puisqu’à la mi-journée nous n’avons aucune touche alors que l’équipe Nico-Gerard cartonne. Mais je garderai un excellent souvenir de l’après midi grâce au Shad RT d’Ecogear : ce leurre, pas encore disponible officiellement en France, dans sa version XXL (7 pouces) monté sur une tête plombée adéquate (30g) a en effet généré de nombreuses attaques l’après midi même, dans des coloris très flashies (rose bonbon). Un bon leurre, bien adapté à la situation, que je vous conseille pour la pêche du Snakehead.

Dernier jour à présent j’embarque avec Gerard et nous optons pour la tranquillité : tandis que Nico et Sylvain partent cuire au soleil nous explorons des spots ombragés, admirant la beauté de la végétation et discutant tranquillement, confortablement installés dans le boat dérivant lentement au gré du courant. Nous nous décidons à pêcher en début d’après-midi et nous nous régalons sur les babies que nous pêchons à l’aveugle.




Quelle que soit la taille la férocité des attaques reste décidément toujours aussi stupéfiante !

Lorsque nous rentrons au camp, je m’allonge paresseusement sur l’avant du bateau. Ce dernier avance à bonne vitesse et ma main gauche glisse le long de la coque à la recherche d’un peu de fraicheur. De la droite je tente nonchalamment quelques lancer au Jerk Ecogear MW125 lorsque soudain je prends une P** de CHATAIGNE : « WOWOWOW IM POSITIVE ITS A FISH » hurlè-je à Gérard et effectivement quelques secondes plus tard c’est un petit Toman qui se laisse remonter, bien sonné par le ferrage – bien involontaire – que je lui ai infligé.




La pêche en traine semble tout-à-fait applicable au Toman.

Cette partie de pêche du Toman se termine donc sur cette note rigolote et nous rentrons à notre hôtel avec le sentiment du devoir accompli.